Combien la bourgeoisie française

Je ne pus qu’admirer combien la bourgeoisie française était un atelier merveilleux de sculpture la plus généreuse et la plus variée.

Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs

Publicités

Il n’est pas la peine de penser

Il n’est pas la peine de penser dès lors que je peux payer ; d’autres assumeront bien à ma place cette fastidieuse besogne. »

Kant, Qu’est-ce que les lumières ?

N’ayant aucun emploi qu’à passer une vie douce et innocente

Et ainsi, sans vivre d’autre façon, en apparence, que ceux qui, n’ayant aucun emploi qu’à passer une vie douce et innocente, s’étudient à séparer les plaisirs des vices, et qui, pour jouir de leur loisir sans s’ennuyer, usent de tous les divertissements qui sont honnêtes, je ne laissais pas de poursuivre en mon dessein, et de profiter en la connaissance de la vérité, peut-être plus que si je n’eusse fait que lire des livres, ou fréquenter des gens de lettres. »

Descartes, Discours de la méthode, III.

Commencer enfin une vraie vie

il me semblait que les choses qui s’étaient passées dans l’intervalle n’avaient guère d’importance et qu’en m’attachant à la seule réalité je pourrais commencer enfin une vraie vie.

Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleur, II.

Parler du désir

Supposer que la philosophie veut parler du désir des richesses serait trop absurde.

Proust, A l’ombre des jeune filles en fleurs, II

Contre

Les parlementaires votèrent la réélection du président avec seulement trois voix contre.

Dans un souci démocratique, un parti d’opposition fut autorisé à présenter un programme.
Il fut créé de toutes pièces pour l’occasion. Le chauffeur du ministre au développement fut placé à sa tête. Cette tête souffrant de détermination, on lui attribua un directeur de campagne et les moyens d’action de quelques appareils d’état.

Dans un même souci démocratique, il fut décidé d’obtenir des voix – peu de voix – contre la réélection du président.
Convaincre les députés de voter à l’inverse de leur pensée ne fut pas chose facile.

A, B et C ne voulurent pas en entendre parler.
I et J ne comprirent pas immédiatement. Acceptèrent.
Puis furent pris de panique.

M accepta contre une forte somme d’argent et la garantie de non-représailles.
Il se rétracta le lendemain.
On promit une promotion à O.
Une plus grosse promotion encore à P.
On menaça F, G et H. Sans résultats.
On menaça leur famille et leur employeur.
On menaça leur facteur et leur banquier.

On accusa S et T de divers crimes.
On leur présenta des preuves accablantes.
On licencia L. On vida son compte en banque.
F, G et H reçurent de nombreux courriers anonymes.

On fit chanter V et W pour des histoires d’adultère.
Les deux chiens de D disparurent.
Les maisons de E, Q et U furent vandalisées.

On tortura N.
On fit assister O à la torture de N.
Pendant un mois, on envoya R en camp de redressement.
I se suicida et J s’enfuit à l’étranger.

On kidnappa l’enfant de Y.
La voiture de Z explosa.
On laissa X craindre le pire.
K ne fut pas inquiété.

Les parlementaires votèrent la réélection du président avec trois voix contre.

Christophe Dauder, Le vote